Championnat de France d’athlétisme Nancy - J2

"L’oeil du P.P."

Acte II  - Mercredi 12 juin  

" À vos marques ! "

''Tu vas voir, niveau logement l'UNSS c'est pas n'importe quoi'', ces mots qu’Éric me prononçait dans le car résonnent encore dans ma tête ce matin... J'avoue, jamais je n'avais eu l'occasion de m'endormir (c'est un grand mot ) bercé par le bruit d'une autoroute. Autant vous dire que le temps de sommeil fût réduit. Sans compter sur l'ours qui avait décidé de se coucher auprès de moi et qui imitait à la perfection le bruit d'un 33 tonnes lancé à pleine vitesse ! Par mesure de discrétion je tairai le nom du-dit plantigrade même si je peux dire que Rémi l'a aussi entendu...

6h45, tout le monde est prêt, nous montons dans le car et arrivons au stade dans les premiers. Direction p'tit dej pour tout le monde sauf pour les coachs qui sont partis chercher le programme détaillé de la journée.

7h30 nous nous installons dans les tribunes. Il faut savoir que l'emplacement initialement prévu (une portion de pelouse à l'opposée des tribunes) n'a pas fait l'unanimité. Parmi les revendications entendues je citerai : ''C'est trop loin.'' ''On est trop seul.'' '' C'est trop vert'' et même un humoriste en herbe lâchant ''C'est trop picot'' là il faut suivre, c'est le nom du stade de foot voisin... Bref bien installés, les 22 se préparent, tenue, dossards, chaussure, coiffure, rien n'est laissé au hasard et les gestes sont millimétrés, la force de l'habitude, impressionnant !

C'est parti maintenant pour une journée entière d’épreuves que nous allons suivre en essayant de ne rien rater.

C'est le relai 4x1000 fille qui démarre et qui donne le ton en maîtrisant leur course et en finissant troisième de leur série et troisième temps des séries, se qualifiant ainsi pour la finale de jeudi matin (course marquée par un premier relai de Clémentine timide mais assuré, deux relais d'Agnès et Agathe permettant de conserver un écart raisonnable avec les premières et un dernier kilomètre de Clara tout en lucidité bref, une gestion de groupe du chrono très impressionnante).

Les deux Maëlys réalisent leurs concours de disque pendant qu'Océane entame celui du poids... Les essais s'enchaînent et un premier record personnel tombe à 26,84 m pour Maëlys V., tout comme le disque qu'elle vient de propulser à cette distance ! Pour Maëlys B. se sera un jet à 22,17 m qui sera pris en compte tandis que pour Océane, le poids parviendra à 6,22m. Océane m'avouera, juste après, avoir souffert d'une digestion difficile due à l'absorption de 10cL de lait au petit déjeuner l'empêchant alors d'atteindre les 145m qu'elle s'était fixés comme objectif... je crois déceler dans son discours au minimum une arnaque, je vous laisse juge.

Le relai 4x60 fille du championnat de relai enflamme la piste avec un très joli 30''40- record battu- qui les qualifie pour la finale de jeudi, autant vous dire que ce sont 4 fusées qui se sont succédées sur ce demi-tour de piste !

Alyzée, qui participe à ses premiers France, aligne ses 4 essais à la longueur pour réussir au final un 4,32m correct et en faisant preuve d'une concentration remarquable, à l'écoute des conseils distillés par Rémi depuis le bord de la piste.

Steven, placide comme à son habitude et voyant un pigeon s'approcher d'un peu trop prêt de la pelouse décide alors de l'embrocher avec son javelot et en profite pour battre son record personnel en piquant la pointe de son engin à 30,93m... le pigeon pas même effleuré a salué malgré tout cette performance d'une magnifique roucoulade.

Les différents concours s'enchainent de plus en plus vite !

Maël au javelot réalise un correct 31,34m, rate le pigeon a son tour mais réussi à crever l’œil de René la taupe qui sortait à ce moment là prendre l'air, pas si mignon mignon que cela maintenant René...

Pauline enchaîne la longueur et le poids, les concours se touchent voire se chevauchent tellement que je la vois débouler à la longueur avec le poids encore dans la main tandis qu'une concurrente adverse se met à vouloir sauter sur l'aire de lancer manquant de se prendre le poids qu'elle venait d'envoyer... Bon ! N'ayez craintes je délire mais il faut savoir que le fourmillement est tel que je tire mon chapeau à l'organisation qui malgré quelques ratés rend la compétition fluide, une dédicace particulière au juge arbitre de la longueur. Résultats de Pauline : un 3,99m décevant à la longueur mais un excellent 8,78m au poids qui lui permet de battre son record personnel et de gagner sa série, bravo !

Retournons au javelot. Romane est en place pour régler une bonne fois pour toute son compte au pigeon qui, ayant reconnu les maillots de Monet, se permet de narguer tous nos lanceurs et donc Romane à présent. Je savais Romane pleine de ressources mais là elle me stupéfia. Alors que son premier lancer, qui restera son meilleur avec 30,46m, venait d'être jugé, je la vois sortir un fromage de son sac et commencer à s'adresser au pigeon. Trop loin pour entendre ses propos, je vois la bête à plume, le pigeon pas Romane bien sûr, venir se poser sur le bras de Romane qui dans une succession de mouvements digne des plus grands karatéka empoigne l'oiseau et le met dans son sac et le ferme. Finit pour toi l'animal, bravo Romane !

Les dernières courses vont avoir lieu.

50m haies avec dans l'ordre Marine (8''59), Agathe (9''05) puis Agnès (8''94). Belle tentative d'Agathe pour inverser son temps avec celui de la concurrente du couloir opposé, bien tenté mais les chronométreurs veillent au grain.

80m haies avec Fanny en 13''49 et Romane en 12''46.

Mention particulière pour le 50 m et ses 19 séries ! En ressortirons Maëlys V en 7''19, Pauline en 7''57 et Alyzée qui bat son record personnel en 7''20.

200m haies pour Ilona en 31"89 et sur les 1000m, une course un peu en dedans pour Maëlys B. (3'26''28) et une belle course, solide de Aloïsse (3'40''20).

Repas puis retour à l'hôtel avec debriefing de la journée. Pendant qu’Éric s'adresse aux 22, dans un coin de ma tête je suis déjà entrain de travailler mon plan d'attaque pour venir à bout de mon ''ami'' l'ours car j'ai l'impression que cette nuit il va revenir me voir, bonne nuit et à demain !

Adrien HUGUET